Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 4 —

abattu, il reprit au bout d’un instant : — Représente-toi encore une fois à quoi en sont les choses : il y a des années que Clara n’a pas passé un aussi mauvais été que ce dernier, et il ne peut pas être question d’un long voyage sans qu’on ait à en redouter les suites les plus fâcheuses. De plus, nous voici déjà en Septembre ; il se peut qu’il fasse encore très-beau sur l’alpe, mais il se peut aussi qu’il y fasse déjà froid ; les jours sont courts maintenant, et quant à rester là-haut et à y passer des nuits, impossible d’y songer pour Clara ; elle aurait donc à peine le temps de s’y arrêter, car on doit mettre au moins plusieurs heures de Ragaz à l’alpe, d’autant plus qu’il faudrait en tout cas la faire porter. Bref, Sesemann, ce n’est pas praticable. Mais, si tu veux, j’irai avec toi auprès de Clara pour lui parler ; c’est une enfant raisonnable, et je lui ferai part de mon projet : elle n’ira à Ragatz qu’au mois de mai prochain, et elle fera une longue cure de bains jusqu’à ce qu’il fasse bien chaud sur la montagne ; alors on pourra de temps en temps la monter à l’alpe, et, rafraîchie et fortifiée par la cure, elle jouira bien davantage de ces parties de montagne qu’elle ne le ferait main-