Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 109 —

Après les premières salutations la grand’maman s’écria avec vivacité :

— Mais, grand-père, vous avez une résidence seigneuriale ! qui l’aurait pensé ! plus d’une roi pourrait vous l’envier. Et comme ma petite Heidi a bonne mine ! Une vraie rose de Mai, continua-t-elle en attirant l’enfant auprès d’elle et caressant ses joues fraîches. Quelle magnificence de toutes côtés ! Qu’en dis-tu, Clara, mon enfant, qu’en dis-tu ?

Clara regardait autour d’elle dans le plus complet ravissement ; jamais encore elle n’avait connu ni même pressenti quelque chose de pareil.

— Oh ! comme c’est beau ici, comme c’est beau ! ne cessait-elle de répéter. Je ne me l’étais jamais représenté ainsi. Oh ! grand’maman, c’est ici que j’aimerais rester !

Pendant ce temps le Vieux avait approché le fauteuil et l’avait rembourré de quelques châles pris sur la hotte. Il s’avança vers la chaise à porteurs :

— Si nous installions la petite demoiselle dans son fauteuil, elle s’en trouverait mieux ; la chaise à porteurs est un peu dure ; — et sans attendre que quelqu’un d’autre y mît la main, il souleva douce-