Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 110 —

ment Clara de son bras vigoureux et la déposa avec le plus grand soin sur son siège confortable ; puis il étendit les châles sur ses genoux et lui arrangea si commodément les pieds sur le coussin, qu’on aurait dit qu’il avait passé sa vie à soigner des personnes. aux membres souffrants. La grand’maman l’avait regardé faire au comble de l’étonnement.

— Grand-père, dit-elle enfin, si je savais où vous avez appris à soigner les infirmes, j’y enverrais dès aujourd’hui toutes les gardes-malades que je connais, afin qu’elles pussent acquérir votre adresse. Je ne comprends pas comment cela se peut !

Le Vieux sourit légèrement.

— C’est une affaire de pratique plus que d’étude, répondit-il. Mais son sourire avait fait place à une expression de tristesse ; il voyait surgir du fond de ses souvenirs la figure souffrante d’un homme couché ainsi dans un fauteuil et si estropié qu’il ne pouvait plus faire usage d’aucun de ses membres. C’était son colonel, qu’il avait emporté dans cet état du champ de bataille après un violent combat, et qui, jusqu’à la fin de ses affreuses souffrances, n’avait jamais supporté d’autres soins que les siens. Le