Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 118 —

— Oh ! Heidi ! que cela doit être drôle ! De ton lit tu peux voir droit dans le ciel, et il y a un si bon parfum, et tu peux entendre le bruit des sapins ! Jamais je n’ai vu une chambre à coucher aussi amusante !

Ici le Vieux regarda la grand’maman.

— J’ai mon idée, dit-il, si Madame la grand’maman voulait le permettre, et si la chose ne lui était pas contraire. Il me semble que si nous gardions un peu la petite demoiselle ici, elle pourrait reprendre de nouvelles forces. Vous avez apporté toute espèce de châles et de couvertures avec lesquels il serait facile d’arranger un bon lit tout à fait tendre ; et quant aux soins à donner à la petite demoiselle, il n’y aurait pas à s’en inquiéter, c’est moi qui m’en chargerais.

Clara et Heidi jetèrent des cris d’allégresse comme deux oiseaux auxquels on donne la volée, et le visage de la grand’maman s’éclaira d’un véritable rayon de soleil.

— Mon cher grand-père, vous êtes un homme unique ! s’écria-t-elle. Savez-vous ce que je pensais justement ? Je me disais : Un séjour ici ne serait-il