Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 132 —

terons une fois ensemble au pâturage, le grand-père nous l’a promis.

Et Heidi ayant réussi à se dégager du troupeau, retourna en courant auprès de Clara. Pierre fit alors un geste si menaçant du côté du fauteuil, que les chèvres effrayées en prirent la fuite ; puis il détala au plus vite et monta en courant un grand bout sans s’arrêter, pensant que le Vieux pourrait l’avoir vu ; or Pierre préférait ne pas savoir quelle impression ses poings avaient faite sur lui.

Clara et Heidi avaient tant de projets pour la journée qu’elles ne savaient par où commencer. Heidi proposa d’écrire d’abord la lettre à la grand’maman, puisqu’elles avaient promis d’en écrire une chaque jour. Madame Sesemann, en effet, n’était pas encore parfaitement sûre qu’à la longue le séjour au chalet convînt à Clara, et désirant avoir des nouvelles de sa santé, elle avait exigé des enfants la promesse de lui écrire chaque jour pour lui raconter ce qu’elles faisaient. De cette manière, elle saurait tout de suite si elle devait monter, dans le cas où ce serait nécessaire, et en attendant elle pouvait rester tranquillement à Ragaz.