Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 149 —

— S’il a roulé jusqu’à Dörfli, on ne le retrouvera plus du tout, il sera en mille morceaux, dit le grand-père en s’avançant pour regarder le long de la pente. Mais tout de même il s’est passé quelque chose de curieux, ajouta-t-il en mesurant du regard le trajet et le contour qu’avait dû faire le fauteuil.

— Oh ! quel dommage ! maintenant nous ne pourrons plus aller, et peut-être plus jamais ! s’écria Clara d’un ton désolé. Il faudra sans doute que je retourne à la maison si je n’ai plus de fauteuil. Oh ! quel dommage ! quel dommage !

Mais Heidi leva vers le Vieux un regard tout plein de confiance en disant :

— N’est-ce pas, grand-père, tu inventeras bien quelque chose pour que Clara n’ait pas besoin de retourner tout de suite à la maison, comme elle le croit ?

— Pour aujourd’hui nous allons monter au pâturage comme nous nous l’étions proposé, et quant au reste nous venons ensuite, répondit le grand-père.

Et les enfants firent éclater leur joie.

Le Vieux rentra pour chercher une bonne partie des châles, les étendit au soleil contre le mur du chalet et y déposa Clara. Puis il alla traire le lait