Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 156 —

ce soir ce ne sera plus la même chose. Je pourrais essayer de te porter, veux-tu ?

Clara regarda Heidi, fort étonnée, puis elle secoua la tête :

— Non, non, Heidi, à quoi penses-tu ? tu es beaucoup plus petite que moi. Oh ! si cependant je pouvais y aller !

Alors Heidi se retourna et promena autour d’elle un œil scrutateur ; quelque idée nouvelle lui était sans doute venue. Tout au haut du pâturage, Pierre, assis à la place où il avait été couché, regardait fixement les deux enfants. Il y avait des heures qu’il était à cette même place, sans bouger ni détourner les yeux, comme s’il ne pouvait comprendre ce qui se passait devant lui. Le matin même il avait détruit le fauteuil, son ennemi, pour que tout fût fini et que l’étrangère ne pût plus bouger de sa place, et voilà qu’un moment après elle était apparue à l’alpage ! maintenant elle était positivement là, assise sur l’herbe, Heidi à côté d’elle ! C’était impossible ! Et pourtant il avait beau regarder et regarder encore, il voyait toujours la même chose.

Heidi l’aperçut à son tour.