Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 204 —

Mais Mme Sesemann prit le parti de Heidi.

— Mon cher grand-père, dit-elle, cette enfant n’a pas si grand tort ; voilà bien des jours que la pauvre grand’mère n’a pas eu sa part à cause de nous. Nous allons y descendre tous ensemble ; j’attendrai là mon cheval, et nous pounons repartir tout de suite et télégraphier de Dörfli pour le lit. Qu’en penses-tu, mon fils ?

Jusque-là Mr Sesemann n’avait pas encore trouvé le temps de parler de ses plans de voyage. Il pria donc sa mère de s’asseoir un moment et d’attendre pour exécuter son projet qu’il eût exprimé ses propres intentions. Il s’était proposé en venant de faire avec sa mère un petit voyage en Suisse et d’essayer si Clara pouvait se joindre à eux pour une partie du chemin. Et voilà qu’il avait maintenant en perspective le plus charmant voyage en compagnie de sa fille ! mais il fallait pour cela profiter des beaux jours de l’arrière-été. Il avait donc l’idée de passer la nuit à Dörfli et de revenir le lendemain matin chercher Clara à l’alpe pour rejoindre la grand’maman à Ragaz, et de là partir pour le voyage projeté. Clara fut un peu interdite à l’annonce de son départ sou-