Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 210 —

monter tous les matins au pâturage avec les chèvres pour voir les fleurs, et toutes les choses amusantes recommenceront.

Comme il en était convenu, Mr Sesemann était monté chercher sa fille. Il était auprès du grand-père auquel il avait encore différentes choses à dire. Clara essuya ses larmes, un peu consolée par les paroles de Heidi.

— Tu diras encore adieu à Piene de ma part, reprit-elle, et à toutes les chèvres, surtout à Blanchette. Oh ! j’aimerais pouvoir faire un cadeau à Blanchette ! elle a tant contribué à me guérir !

— Tu peux très bien lui en faire un, répliqua Heidi ; envoie-lui seulement un peu de sel, tu sais comme elle aime à en lécher le soir dans la main du grand-père.

Le conseil plut à Clara.

— Oh ! alors, je lui enverrai certainement de Francfort cent livres de sel ! s’écria-t-elle joyeuse. Il faut aussi qu’elle ait un souvenir de moi !

À ce moment, Mr Sesemann fit un signe aux enfants, car il était temps de partir. Cette fois le cheval blanc de la grand’maman était monté chercher