Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 211 —

Clara qui, pouvant maintenant supporter cette monture, n’avait plus besoin de la chaise à porteurs.

Heidi s’avança jusqu’à l’extrême bord de l’alpe et fit de la main des signes à Clara jusqu’à ce que cheval et amazone eussent complètement disparu à ses yeux.

Le lit est arrivé, et la grand’mère y dort si bien chaque nuit qu’elle prendra certainement de nouvelles forces. La bonne grand’maman n’a pas non plus oublié le rude hiver sur l’alpe ; elle a envoyé à la hutte du chevrier un grand ballot contenant tant de vêtements chauds que la grand’mère pourra bien s’envelopper et ne restera plus dans son coin tremblante de froid.

À Dörfli, on est en train d’élever une grande construction. Le docteur est arrivé et a provisoirement repris son ancien logis. D’après les conseils de son ami, il a acheté le bâtiment dans lequel le Vieux de l’alpe et Heidi ont passé l’hiver et qui déjà été une maison de maîtres, comme on peut le voir à la grande salle avec le beau poêle et les lambris artistiques. Le docteur fait réparer pour son usage cette partie de la maison. L’autre côté sera organisé pour servir de quartier d’hiver au Vieux et à l’enfant ; car le docteur connaît le grand-père pour être un