Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 31 —

descendre à Dörfli où il voulait s’installer. Le grand-père prit sous son bras la boîte de gâteaux, le gros saucisson et le châle, tandis que Heidi mettait sa main dans celle de son ami, et tous ensemble descendirent le sentier jusqu’à la cabane de Pierre le Chevrier où ils se séparèrent ; Heidi devait entrer auprès de la grand’mère et y attendre le retour du Vieux qui voulait accompagner son hôte jusqu’à Dörfli. Quand le docteur lui tendit la main pour prendre congé d’elle, elle lui demanda :

— Aimeriez-vous peut-être monter demain au pâturage avec les chèvres ?

— C’est entendu, Heidi, répondit-il ; nous irons ensemble.

Les deux hommes continuèrent leur chemin, et Heidi entra vers la grand’mère. Elle commença par apporter, non sans peine, la boîte de gâteaux ; puis le grand-père ayant déposé les paquets devant la porte, il lui fallut ressortir pour chercher le saucisson, et enfin le grand châle. Elle apporta tous ces objets aussi près que possible de la grand’mère, afin que celle-ci pût bien les toucher et se rendre compte avec la main de ce que c’était.