Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 32 —

Quant au châle, elle le lui avait posé sur les genoux.

— Cela vient tout de Francfort, de la part de Clara et de la grand’maman, expliqua-t-elle à la bonne vieille stupéfaite et à Brigitte à laquelle la surprise avait coupé bras et jambes et qui avait regardé sans bouger les efforts de Heidi pour apporter dans la chambre ces gros objets.

— Mais n’est-ce pas, grand’mère, que les gâteaux te font un immense plaisir ? Tâte-les pour voir comme ils sont tendres ! — répétait l’enfant ; et la grand’mère répondit : — Oui, oui, Heidi, certainement. Quelles bonnes gens, pourtant !

Puis elle passait la main sur le châle doux et chaud en disant :

— Mais voici ce qui sera délicieux pour l’hiver ! Jamais je n’aurais cru de toute ma vie posséder quelque chose d’aussi magnifique !

Heidi cependant s’étonna fort que la grand’mère se réjouît davantage du châle gris que des gâteaux. Brigitte était demeurée en contemplation devant le saucisson gigantesque qu’elle regardait avec une sorte de respect ; jamais encore elle n’en avait vu de cette