Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
9
IMPRESSIONS

tout entier Stendhal comme elle secouera Baudelaire. Constatons aussi que sa personnalité était capricieuse et instable, son humeur déséquilibrée, qu’il ne conservait jamais en face du spectacle humain l’impassibilité, qu’il était en toutes choses passionné, partant injuste, prompt à l’enthousiasme comme au dénigrement, au mensonge comme à la loyauté.

Cette humeur un peu inquiète donne à certaines de ses pensées une apparence de contradiction qui déroute celui qui ne connaît pas l’esprit bizarre et imprévu de Stendhal. Mais n’est-ce point la rançon de qui est plus asservi à ses sens qu’à sa raison ? Et ce manque d’harmonie n’est-il point aussi la cause d’un manque de diversité ? Parcourez les opinions de Henri Beyle sur l’amour, sur les femmes, sur l’homme, sur l’Italie, sur ses compatriotes, vous apercevrez qu’elles ne sont que des paraphrases ingénieuses d’une ou deux idées qui reparaissent à satiété sous mille formes différentes. C’est que ces idées sont essentiellement des nuances de sentiments qu’affectionne surtout Sten-