Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
18
PENSÉES

qu’il y aura de mieux. Je suis d’avis que c’est là le caractère de la force, parce que, dans les choses où je suis faible, je n’ai jamais assez de résolutions d’avance… Je suis donc d’avis que le caractère de la force est de se f… de tout et d’aller en avant.

Le grand mal de la vie, pour moi, c’est l’ennui.

Le bonheur est d’aimer bien plus que d’être aimé.

Il faut jouir de soi-même dans la solitude, et, à l’égard de ses amis, ne dévoiler ses pensées qu’à mesure de l’esprit qu’on leur trouve, autrement on court le danger de leur paraître supérieur ; de ce moment, on est perdu.

On ne se met à son aise qu’avec ceux qui se hasardent avec nous, qui donnent prise sur eux.