Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
33
IMPRESSIONS


Amusez une femme et vous l’aurez.

Une femme est sans cesse agitée par le désir de plaire et la crainte du déshonneur.

C’est une mauvaise société pour une jeune femme que la société des autres femmes.

L’imprévu, produit par la sensibilité, est l’horreur des grandes dames ; c’est l’antipode des convenances.

Le fluide nerveux, chez les hommes, s’use par la cervelle, et, chez les femmes, par le cœur ; c’est pour cela qu’elles sont plus sensibles.

Ce qui fait que les femmes, quand elles se font auteurs, atteignent bien rarement au sublime, ce qui donne de la grâce à leurs moindres billets, c’est