Page:Stendhal - Vie de Napoléon.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XXIX [1]


« Votre pays m’accuse aussi de la mort de Pichegru, continua l’empereur. » — « L’immense majorité des Anglais croit fermement que vous l’avez fait étrangler au Temple. » — Napoléon répondit avec feu : « Quelle plate folie ! Excellente preuve de la manière dont la passion peut obscurcir cette sûreté de jugement dont les Anglais sont si fiers ! Pourquoi faire périr par un crime un homme que toutes les lois de son pays conduisaient à l’échafaud ? Vos gens seraient excusables s’il s’agissait de Moreau. Si ce général eût trouvé la mort en prison, il y aurait des raisons pour ne pas croire au suicide. Moreau était chéri du peuple et de l’armée, et sa mort dans l’ombre d’une prison, quelque innocent que j’en eusse été, ne m’aurait jamais été pardonnée. »

  1. Georges, Pichegru, Moreau ; voici une seconde justification d’un fait de N., qui occupe de trop ; de même que les faits qui en sont la cause renferment beaucoup de répétition et une prolixité. (Note de Vismara.) — Vrai. (Note de Stendhal.)