Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
85

— « Hélas ! ils n’ont rien pu dire
« Mes frères, tous deux sont morts
« Avant l’hiver, mon doux sire !… »
— « Si ce n’est eux, c’est quelqu’un
« De ta race médisante.
« Frère ou cousin, c’est tout un.
« L’insulte est par trop criante :
« Je me venge cette fois. »
Le loup saisit sa victime
Qu’il emporte au fond du bois.

Partout le fort prend la dîme.