Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 12.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le rachat des villes tenant pour la Ligue et la soumission des chefs catholiques avaient coûté à Henri IV la promesse de sommes énormes ; il lui fallut s’acquitter le chiffre de ces achats et le nom des achetés a circulé dans le public. Voici une copie de cette pièce, dont l’original a été écrit de la main du Béarnais :

« À M. de Lorraine et autres, selon son traité et promesses secrètes, 3,768,825 liv. ; — à M. de Mayenne et autres, 3,580,000 l. ; — à M. de Guise, prince de Joinville, 3,888,000 liv. ; — à M. de Nemours, 378,000 liv. ; — à M. de Mercœur, pour Blavet, Vendôme et Bretagne, 4,295,530 liv. ; — à M. d’Elbœuf, pour Poitiers, 970,000 liv. ; — à M. de Villars, pour la Normandie, 3,477,000 liv. ; — à M. d’Épernon, 496,000 liv. ; — pour la réduction de Marseille, 406,000 liv. ; — à M. de Brissac, réduction de la ville de Paris, 1,695,400 liv. ; — à M. de Joyeuse, pour Toulouse, 1,470,000 liv. ; — à M. de la Châtre, pour Orléans et Bourges, 898,000 liv. ; — à M. de Villeroy et son fils, pour Pontoise, 476,000 l. ; — à M. de Bois-Dauphin, 670,000 l. ; — à M. de Balagny, pour Cambrai, 828,000 liv. ; — à MM. de Vitry et Médavid, 380,000 liv. ; — Vidame d’Amiens, d’Estourmel et autres, pour Amiens, Abbeville, Péronne, 1,260,000 liv. ; — à Belin, Jofreville, pour Troyes, Nogent, Vitry, Rocroy, Chaumont, 830,000 liv. ; — pour Vexelay, Mâcon, Mailly et places de Bourgogne, 457,000 liv. ; — à Canillac, pour la ville de Puy, 547,000 liv. ; — pour Montpesat, Montespan et villes de Guyenne, 390,000 liv. ; — pour les traités de Lyon, Vienne, Valence, 636,800 liv. ; — pour Dinan, Baudoin et Bevilliers, 34,000 liv. Total : — trente-deux millions cent quarante-deux mille livres [1]. »

Il fallait, pour réaliser cette somme et d’autres plus considérables encore, recourir à de nouveaux impôts ; cependant, les ressources des cités étaient épuisées par les pilleries d’une foule de chefs militaires.

  1. Notes manuscrites de Henri IV. — Capefigue, t. VII, p. 389.