Page:Sully Prudhomme - Épaves, 1908.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
161
À SA MAJESTÉ OSCAR II


À SA MAJESTÉ OSCAR II

ROI DE SUÈDE ET DE NORVÈGE
à l’occasion du prix Nobel


La Poésie est sainte : elle est dépositaire
Des vœux où l’homme rêve à sa plus haute fin ;
Elle fraye en son vol un sublime chemin
Au grand soupir poussé vers le ciel par la terre.

Aussi l’exemple est-il auguste et salutaire
D’un roi qui sait répondre à ce tourment divin,
Et, l’épée au côté, mais la lyre à la main,
Fonde sur l’Idéal la paix que rien n’altère.