Page:Taine - Les Origines de la France contemporaine, t. 7, 1904.pdf/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
108
LA RÉVOLUTION


désertions volontaires ou forcées, le troupeau catholique se laissera aisément mener hors de la bergerie, et, pour lui ôter la tentation d’y rentrer, nous démolirons le vieil enclos. Dans les communes où nous sommes maîtres, nous nous ferons demander, par les Jacobins du lieu, l’abolition du culte, et nous l’abolirons d’autorité dans les autres communes par nos représentants en mission. Nous fermerons les églises, nous abattrons les clochers, nous fondrons les cloches, nous enverrons les vases sacrés à la Monnaie, nous briserons les saints, nous profanerons les reliques, nous interdirons l’enterrement religieux, nous imposerons l’enterrement civil, nous prescrirons le repos du décadi et le travail du dimanche. Point d’exception : puisque toute religion positive est une maîtresse d’erreur, nous proscrirons tous les cultes ; nous exigerons des ministres protestants une abjuration publique ; nous défendrons aux juifs de pratiquer leurs cérémonies ; nous ferons « un autodafé de tous les livres

    l’an II de la République une et indivisible, F. Pontard, évêque de la République au département de la Dordogne. » — Dauban, la Démagogie en 1793, 557. Arrestation du représentant Osselin, et lettre de son frère, curé de Saint-Aubin, au comité de la section Mucius Scævola, 20 brumaire an II. « À l’exemple de Brutus et de Mucius Scævola, je foule aux pieds les sentiments dont j’idolâtrais mon frère. Ô divinité des républicains, ô vérité, tu connais l’incorruptibilité de mes sentiments. » (Et ainsi de suite, pendant cinquante-trois lignes.) « Voilà mes intentions. Je suis fraternellement Osselin, ministre du culte à Saint-Aubin. — P.-S. C’est en allant satisfaire un besoin de la nature que j’ai sçu cette affligeante nouvelle. » (Il a rhétoriqué, tant qu’il a trouvé des phrases ; à la fin, idiot de peur, le cerveau vidé, il rencontre ce dernier détail comme preuve qu’il n’est pas complice.)