Page:Taine - Les Origines de la France contemporaine, t. 7, 1904.pdf/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
233
LES GOUVERNANTS


de dehors spécieux, et tel est Robespierre, avec sa tenue irréprochable, ses cheveux bien poudrés, son habit bien brossé[1], avec ses mœurs correctes, son ton dogmatique, son style étudié et terne. Aucun esprit, par sa médiocrité et son insuffisance, ne s’est trouvé si conforme à l’esprit du temps ; à l’inverse de l’homme d’État, il plane dans l’espace vide, parmi les abstractions, toujours à cheval sur les principes, incapable d’en descendre, et de mettre le pied dans la pratique. « Ce b… là, disait Danton, n’est pas seulement capable de faire cuire un œuf. » — « Les vagues généralités de sa prédication, écrit un autre contemporain[2], n’aboutissaient pour l’ordinaire à aucune mesure, à aucun projet de loi. Il combattait tout, ne proposait rien, et le secret de sa politique s’accordait heureusement avec l’impuissance de son esprit et la nullité de ses concep-

    seules qui, semblables à l’aiman, pouvaient rattacher tous les citoyens à la Révolution. Il n’en est pas de même du citoyen Billaud-Varennes. » — (Rapport de Pourvoyeur, 9 nivôse) : « Dans quelques groupes particuliers et sociétés, on répandait le bruit que l’on voulaient nommer Robespierre pour dictateur… Le peuple rend justice à ses vertus austères ; il observe qu’il n’a jamais changé d’opinion depuis la Révolution. »

  1. Souvenirs d’un déporté, par L. Villiers (secrétaire gratuit de Robespierre pendant sept mois en 1790), 2 : « D’une propreté recherchée. » — Buchez et Roux, XXXIV, 94 (Portrait de Robespierre, publié par les journaux après sa mort). « Ses habits étaient d’une propreté élégante et sa chevelure toujours soignée. »
  2. M. d’Héricault, la Révolution du 9 Thermidor (Paroles de Daunou). — Meillan, Mémoires t. 4. « Son éloquence n’était qu’un tissu de déclamations sans ordre, sans méthode, et surtout sans conclusion. Nous étions obligés, chaque fois qu’il parlait, de lui demander où il voulait en venir. Jamais il n’avait un remède à proposer ; il laissait aux autres, et surtout à Danton, le soin de chercher des expédients. »