Page:Tastu - Poésies nouvelles, 3ème édition, 1838.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Adieu, chansons ! mon front chauve est ridé.
L’oiseau se tait ; l’aquilon a grondé.
Béranger.