Page:Tavan - Méthode pratique d'orchestration symphonique.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 59 —

En un mot, il ne faut pas vouloir écrire d’un bout à l’autre toute une partie comme celle du 1er Cor par exemple, et faire ensuite la partie de 2me Cor ; il faut au contraire s’habituer à être fixé immédiatement sur la façon d’écrire en même temps, surtout les parties : de Flûtes, de Hautbois, de Cors, de Bassons et des 1ers Trombones[1]. On fera, si l’on veut, la partie de 2me Clar. et de 2me Cornet, aprés avoir fait les 1res.

Il ne faut pas craindre non plus de vérifier plusieurs fois le travail, en comparant telle partie avec telle autre, se rendre compte de l’ensemble, etc. ; on devra également veiller à ne pas trop doubler certains passages. Enfin et surtout il faut éviter les fautes de musique, de goût et d’harmonie.

Un bon orchestrateur doit, pour bien se rendre compte de son travail, entendre, pour ainsi dire, son orchestration, et en juger tous les effets à la simple lecture de son manuscrit ; mais il est évident que cette qualité ne peut s’acquérir qu’avec une certaine expérience.


Englische Linie.svg



Je me permettrai de recommander au lecteur le procédé suivant, résultat d’une longue pratique, bon pour tous les genres de musique, Fantaisies, Ouvertures, morceaux de genre, etc. Sur du papier à 24 portées (à l’italienne) on trace les barres de mesures d’un bout à l’autre du morceau, ou bien voici ce que je fais de préférence : Tout en faisant ma partie de 1er Violon à sa place réelle (sixième ligne en commençant par le bas) je tire mes barres de mesures sur tout le quatuor et au fur et à mesure que j’avance. Quand le quatuor est fini, on retourne la partition en sens contraire et en commençant par la fin du morceau on trace ses barres de mesures sur toute la longueur et jusqu’au bout. Ensuite je mets les accolades et les noms d’instruments (abrégés) à toutes les accolades ainsi qu’à certaines lignes qui servent de points de repère (au Hb. et à Tuba) afin de bien se reconnaître dans la partition. Voici les indications abrégées : Fl., Hb., Cl., C. (pour Cors), B. (pour Bassons), Tuba. Timb., (pour Timbales), et c’est tout, aux Cornets, aux Trombones et a la Gr.-Caisse je ne mets rien.

Il est aussi inutile d’indiquer le nom des instruments au quatuor ; mais à la 1re page il faut tout désigner en entier.

Et quand ce 1er travail est fini (en supposant que toute la partition soit réglée avant d’avoir fait le 1er Violon), je fais ma partie de 1er Violon d’un bout à l’autre (d’après le canevas), avec petites notes à défaut, ainsi que toutes les indications nécessaires ; c’est-à-dire,

  1. Il est préférable de faire d’abord la partie de 3e Tromb. et ensuite celle des 1ers.