Page:Taxil, Mémoires d'une ex-palladiste parfaite, initiée, indépendante.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


diocèse, en parfaite connaissance de cause. Il m’interrogea néanmoins encore et se déclara satisfait de mes réponses.

— Je crois, lui dis-je, aux mystères de la Trinité, de l’Incarnation, de l’Eucharistie, et à tous les mystères de la religion catholique, apostolique et romaine !… Je crois tout, tout !… Dites-le bien à Monseigneur.

Le jeudi, tandis que dans ma chambre de pensionnaire je terminais l’Hymne à Jeanne d’Arc, M. l’aumônier, s’étant rendu au chef-lieu du diocèse, était reçu à l’évêché.

Le lendemain soir, il rapportait au couvent l’autorisation de suppléer les cérémonies du baptême et de me faire faire ma première communion.





HYMNE À JEANNE D’ARC

(Contre la Franc-Maçonnerie)




I

  Sublime enfant de la Lorraine,
  Nous t’implorons à deux genoux ;
  Reviens, sois notre capitaine.
  Tu réponds : « Français, levez-vous !
  « Dans la ville et dans la bourgade,
  « Mettez vos cœurs à l’unisson ;
  « L’heure a sonné de la croisade
  « Contre l’ennemi franc-maçon ! »

Chœur[1]

Gloire à Jeanne ! gloire !
Par Dieu, la victoire
Est aux nobles cœurs.
Élevons nos cœurs !
Nous serons vainqueurs !
Gloire à Jeanne ! gloire ! (bis)

Gloire !
  1. La facture de la musique permet de maintenir ou de supprimer le chœur, à volonté.