Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Mais qu’avez-vous, comte ? Vous êtes tout changé.

— Ah ! ne me le demandez pas, ne me le demandez pas. Je ne le sais moi-même. Demain… Mais non. Adieu, adieu. Ce sont des temps affreux !

Et, s’éloignant de la voiture, il monta sur le trottoir.

Natacha longtemps encore se pencha à la portière, le regardant avec un sourire tendre, joyeux et un peu moqueur.