Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Le comte, le comte Ilia Andréiévitch Rostov.

— Mais qui êtes-vous ?

— Un officier. J’ai besoin de le voir, dit une voix agréable de seigneur russe.

Maria Kouzminichna ouvrit la porte et un jeune officier de dix-huit ans, au visage rond, du type des Rostov, entra dans la cour.

— Ils sont partis, petit père. Hier soir, ils sont partis, dit affablement Maria Kouzminichna.

Le jeune officier restait dans la porte, indécis s’il fallait entrer ou non. Il claqua de la langue.

— Ah ! quel dommage ! prononça-t-il. J’aurais dû venir hier. Ah, quel dommage !

Pendant ce temps, Maria Kouzminichna examinait attentivement et avec sympathie les traits de la famille Rostov qu’elle retrouvait dans le visage du jeune homme, sa capote déchirée et ses bottes usées.

— Pourquoi vouliez-vous voir le comte ? demanda-t-elle.

— Mais que faire ? prononça l’officier avec dépit, et il se retourna vers la porte cochère comme s’il voulait partir. Il s’arrêta de nouveau, indécis. — Voyez-vous, dit-il tout à coup, je suis le parent du comte. Il était toujours très bon pour moi. Alors voilà (avec un bon et gai sourire il regardait son manteau et ses bottes), mes habits sont usés. Je n’ai pas du tout d’argent… alors j’avais pensé demander au comte.