Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


verture, tel qu’elle se le représentait toujours. Il était comme toujours, mais la rougeur fiévreuse de son visage, ses yeux brillants fixés sur elle avec enthousiasme, et surtout le cou mince, juvénile, qui émergeait du col rabattu de la chemise, lui donnaient un air particulier, innocent, qu’elle ne lui avait jamais vu. Elle s’approcha du prince André et, d’un mouvement brusque, irréfléchi, gracieux, elle tomba à genoux. Il sourit et lui tendit la main.