Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XIII

Dans la baraque où l’on avait amené Pierre et où il resta quatre semaines, il y avait comme prisonniers vingt-trois soldats, trois officiers et deux fonctionnaires.

Longtemps après, toutes ces gens se présentaient à Pierre dans une sorte de brouillard, mais Platon Karataïev restait pour toujours, dans l’âme de Pierre, le souvenir le plus fort et le plus cher, le symbole de toute la bonté et de la rondeur russes.

Le lendemain matin, quand Pierre aperçut son voisin, sa première impression de rondeur se confirma absolument. Toute la personne de Platon, avec sa capote française courte, son bonnet et ses lapti, était ronde : la tête était ronde, le dos, la poitrine, les épaules, même les bras qu’il tenait toujours comme s’il allait enlacer quelque chose étaient ronds. Le sourire agréable et les grands yeux bruns, tendres, étaient aussi ronds. Platon