Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V

Rostoptchine, que nous nous représentons comme le moteur de cet événement beaucoup plus grave que la retraite de l’armée sans combat, — l’abandon de Moscou et son incendie, — en cette circonstance agissait tout autrement que Koutouzov.

Cet événement — l’abandon de Moscou incendiée — était aussi inévitable que la retraite des troupes derrière Moscou sans livrer bataille, après Borodino.

Chaque Russe, non par la réflexion logique, mais en se guidant sur le sentiment qui est en nous et qui était en nos pères, pouvait prédire ce qui arriva.

Depuis Smolensk, dans toutes les villes et tous les villages de la Russie, sans l’intervention du comte Rostoptchine et de ses officiers, il se passait la même chose qu’à Moscou : le peuple attendait tranquillement l’ennemi, ne se révoltait pas, ne se troublait pas, ne mettait personne en pièces, mais