Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/382

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


provisions, forcèrent l’armée à descendre encore plus au sud, sur la route de Toula.

En passant par un mouvement désespéré sur la route de Toula, les capitaines de l’armée russe pensaient s’arrêter près de Podolsk et l’on ne songeait point à prendre position à Taroutino. Mais un grand nombre de circonstances : la nouvelle de l’approche des troupes françaises, les projets de bataille et surtout l’abondance des provisions à Kalouga forcèrent notre armée à descendre encore, à passer entre les routes de Toula et de Kalouga, vers Taroutino.

On ne peut répondre à la question : quand Moscou a-t-elle été abandonnée ? De même on ne peut savoir à quel moment précis fut décidée la marche à Taroutino. Et quand, grâce à une foule de poussées différentes, les troupes furent arrivées à Taroutino, seulement alors les hommes commencèrent à se persuader qu’ils l’avaient voulu et prévu depuis longtemps.