Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/393

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV

Le rapport de Benigsen et les renseignements des Cosaques sur le flanc gauche découvert des Français n’étaient que les derniers indices de la nécessité de donner l’ordre d’avancer, et l’attaque fut fixée au 5 octobre.

Le 4 au matin, Koutouzov signa la disposition. Toll la lut à Ermolov et lui proposa de s’occuper des ordres futurs.

— Bon ! bon ! Je n’ai pas le temps maintenant, dit Ermolov, et il sortit de l’isba.

La disposition faite par Toll était très bonne ; comme dans celle d’Austerlitz, il y était écrit, mais pas en allemand :

Die erste Colonne marschirt, là et là, die zweite Colonne marschirt, là et là, etc.

Et sur le papier toutes ces colonnes arrivaient à leur place à l’heure fixée et écrasaient l’ennemi. Comme dans toutes les dispositions, tout était très