Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



X

Le 30, Pierre rentra à Moscou. Très près du rempart, il rencontra l’aide de camp du comte Rostoptchine.

— Et nous vous cherchons partout ! dit l’aide de camp. Le comte a absolument besoin de vous voir. Il vous demande de venir chez lui au plus tôt, pour une affaire très urgente.

Pierre, sans aller à la maison, prit une voiture et se rendit chez le général gouverneur.

Le comte Rostoptchine était revenu le matin même de sa villa de Sokolniki. L’antichambre et le salon de réception du comte étaient pleins de fonctionnaires venus soit sur une convocation, soit pour chercher des ordres. Vassiltchikov et Platow avaient déjà vu le comte et lui avaient expliqué qu’il était impossible de défendre Moscou et que la ville serait rendue. Ces nouvelles étaient cachées des habitants, mais les fonctionnaires, les chefs de