Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


toute la Russie. En ayant soin de remplir toutes ces conditions, faites que votre système soit parfait ! Inventer un système d’instruction qui découlerait des besoins du peuple russe, c’est impossible : ni le comité ni personne au monde ne peut le faire, il faut attendre qu’il vienne du peuple, spontanément. Et pour deviner les mesures qui aideraient et ne gêneraient pas un tel développement, il est nécessaire d’avoir beaucoup de temps, de travailler, de faire beaucoup de recherches et d’avoir la liberté de ses opinions. Le Comité n’avait rien de tout cela. Pour résoudre la question, il lui fallait s’adresser aux systèmes européens. Je crois même qu’on a envoyé des fonctionnaires étudier les systèmes de divers pays. J’ai même vu de pareils fonctionnaires qui erraient sans aucun but d’un endroit à l’autre, et n’étaient soucieux que de composer le rapport qu’il fallait présenter au ministre.

Je pense que c’est sur de pareils rapports qu’on a étudié, au Comité, les systèmes étrangers. On ne saurait être trop reconnaissant au Comité de ce que, de tous les systèmes inapplicables pour nous, il ait choisi le moins mauvais : le système américain. Avant résolu la question principale, financière, en se basant sur ce système, le Comité s’est mis à résoudre les questions administratives en se conformant aux vœux du Comité des ministres, sur la dépendance des écoles vis-à-vis du ministère de l’Instruction publique, n’usant, pour étudier les