Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


maître, divisant son emploi du temps quotidien, instruira cent élèves.

Les études seront menées avec beaucoup de succès,

1o Parce que, vu la récompense fixée par le Ministère de l’Instruction publique, la meilleure méthode sera trouvée, choisie et approuvée par le ministère, et que cette méthode sera obligatoire pour toutes les écoles (et que, dans un certain temps, tous les maîtres seront préparés d’après cette meilleure méthode) ;

2o Les manuels, les meilleurs aussi, seront approuvés par le ministère, par exemple les manuels de Berthet et d’Obodovsky. Le maître aura l’existence absolument assurée et sera lié étroitement à son milieu. Comme en Allemagne, l’instituteur, avec le prêtre, formera l’aristocratie du village, et sera le premier ami et le conseiller des paysans. Pour chaque poste il y aura des dizaines de candidats parmi lesquels l’inspecteur, qui est très instruit et connaît bien son affaire, choisira le plus digne. Le professeur d’instruction religieuse, pour une bonne récompense, affermira les enfants dans les vérités de la religion orthodoxe, puisque presque toute la jeune génération fréquentera les écoles, et, par ce fait, cessera le développement de la vieille-croyance. Les ressources de l’école seront toujours suffisantes non seulement pour payer les maîtres auxquels le gouvernement garantit l’existence par