Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/238

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


conformément aux besoins du temps. Dites-nous donc quels sont ces besoins à Sizragne, à Genève, à Sir-Daria ? Où peut-on trouver l’expression de ces besoins et des besoins du temps ? De quel temps ? Si l’on parle de l’opinion historique, alors dans le présent il n’y a qu’un moment historique. L’un prend pour les exigences du présent les exigences des années 1823, l’autre celles d’août 1862, d’autres tiennent pour les vraies exigences du temps celles du moyen âge. Je le répète, si la phrase : agir conformément aux exigences du temps, qui pour nous n’a aucun sens, si cette phrase est écrite intentionnellement, alors nous vous demandons de nous indiquer ces exigences.

Nous le disons franchement, de toute notre âme, nous désirons connaître ces besoins et nous ne les connaissons pas. Nous pourrions citer encore beaucoup d’exemples de l’opinion historique de M. Markov avec les renvois aux Trivium et Quadrivium de Gassiodore, de Thomas d’Aquin, de Shakespeare et Hamlet et autres conversations pareilles, intéressantes et agréables. Mais tous ces passages non plus ne répondent pas à nos questions, c’est pourquoi nous nous bornons à expliquer les causes de la faillite de l’opinion historique relativement aux questions philosophiques.

Cette cause est la suivante : les partisans de l’opinion historique ont supposé que l’idée abstraite, que pour railler ils aiment à nommer métaphy-