Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le trouvons pas inévitable. L’auteur, qui s’élève si violemment contre les propositions, sans preuves, ne nous prouve pas lui-même pourquoi tout l’intérêt de l’histoire est renfermé, pour lui, dans le progrès de la civilisation — et pour moi, l’intérêt est dans le progrès du bien-être général, et le progrès du bien-être, selon nos convictions, non seulement ne découle pas du progrès de la civilisation, mais, le plus souvent, lui est contraire. S’il y a des gens qui croient le contraire, il faut le prouver. Et ces preuves nous ne les trouvons ni dans l’observation directe des phénomènes de la vie, ni dans les pages des historiens, des philosophes et des publicistes. Nous voyons, au contraire, que ces personnes et M. Markov, dans leurs raisonnements contre nous, sans aucun fondement, reconnaissent comme résolue la question de l’identité du bien-être général et de la civilisation.

Nous avons fait un long détour qui peut-être a paru inutile, à seule fin de dire que nous ne croyons pas au progrès qui augmente le bien-être de l’humanité. Nous n’avons aucune raison d’y croire et nous cherchons et avons cherché dans notre premier article d’autres mesures de ce qui est bon et de ce qui est mauvais que cette affirmation : tout ce qui est le progrès est bon et tout ce qui n’est pas le progrès est mauvais. Après avoir expliqué ce point principal, caché, de notre désaccord avec M. Markov, nous pensons, avec la majorité