Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lisse blanche neuve, était enfoncé dans la chaise, les jambes croisées, sa tête ébouriffée appuyée sur une main, de l’autre il jouait avec des ciseaux ; ses grands yeux noirs brillaient d’un éclat peu naturel, et, sérieux comme ceux d’un homme, regardaient quelque part, loin ; ses lèvres irrégulières, plissées comme s’il se préparait à siffler, évidemment retenaient les mots qui étaient gravés dans son imagination et qu’il voulait prononcer. Siomka debout, devant la grande table à écrire, une grande pièce blanche de peau de mouton dans le dos (le tailleur venait de traverser le village), la ceinture déliée, la tête également ébouriffée, écrivait, trempant sans cesse sa plume dans l’encrier. J’embroussaillai les cheveux de Siomka. Il me regarda un peu surpris, et son gros visage aux pommettes saillantes, avec ses cheveux ébouriffés, était si drôle que j’éclatai de rire. Mais les enfants ne rirent pas. Fedka, sans changer l’expression de son visage, toucha la manche de Siomka afin qu’il continuât d’écrire,

— « Attends, tout de suite », me dit-il (Fedka me tutoie seulement quand il est excité et ému), et il dicta encore quelque chose. Je pris leur cahier et, cinq minutes après, quand installés autour d’un petit buffet, ils mangèrent des pommes de terre et burent du kvass, en regardant les cuillers d’argent étranges pour eux, ils éclatèrent, je ne sais pourquoi, d’un rire sonore d’enfant ; une vieille qui était en haut, on ne sait pourquoi se mit à rire