Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/432

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


humain sera toujours le meilleur livre de l’enfance de chaque homme. Je crois impossible de remplacer ce livre. Il me paraît nuisible de changer, d’abréger la Bible comme dans les manuels de Zontag, etc. Tout, chaque parole est juste comme une révélation, et véridique comme une oeuvre d’art. Lisez dans la Bible la création du monde et lisez-la dans l’histoire sainte abrégée, et l’adaptation de la Bible vous paraîtra tout à fait incompréhensible. Avec l’histoire sainte abrégée, on ne peut faire autrement que d’apprendre par cœur, tandis que dans la Bible, l’enfant voit un tableau vivant et majestueux qu’il n’oubliera jamais. Les omissions dans les manuels d’histoire sainte rendent tout incompréhensible et ne font qu’altérer le caractère et la beauté des Saintes Écritures. Pourquoi, par exemple, dans toutes les histoires saintes a-t-on omis ce fait, qu’avant la création l’esprit de Dieu volait sur l’abîme, et que Dieu, après avoir créé son œuvre, l’examina, vit qu’elle était bien faite et qu’alors ce fut le matin et le soir d’un jour ? Pourquoi omettre que Dieu souffla l’âme dans les narines, et qu’après avoir extrait une côte d’Adam, il la remplaça par de la chair ? Il faut lire la Bible aux enfants pour comprendre combien tout cela est nécessaire et vrai. Il se peut qu’on ne puisse mettre la Bible entre les mains des demoiselles dépravées, mais en la lisant aux enfants des paysans, je n’ai changé ni omis un seul mot. Et aucun élève