Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/444

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et qui a été publiée dans maintes versions, depuis madame Ichimova jusqu’à Vodovosov. Je l’ai commencée deux fois, la première fois avant d’avoir lu toute la Bible, la deuxième fois après la Bible. Avant la Bible ; les élèves refusaient absolument de se rappeler l’existence de Igor et Oleg. La même chose se répète maintenant avec les élèves de la classe inférieure. Ceux qui ne se sont pas accoutumés au récit historique en apprenant la Bible ne peuvent se pénétrer du récit et le transposer : ils écoutent cinq fois de suite et ne se rappellent rien de l’histoire de Rurik et de Iaroslav. Les élèves de la classe supérieure étudient maintenant l’histoire de la Russie et la résument dans leurs cahiers, mais beaucoup moins bien que la Bible, et ils exigent de fréquentes répétitions. Nous leur racontons l’histoire d’après Vodovosov et Pogodine. Un des maîtres s’est laissé entraîner : n’écoutant pas mon conseil, il a entrepris la période des princes apanagés et a expliqué toutes ces sottises et ces querelles des Sviatoslav, des Briatchislav, des Boleslav. Je suis entré dans la classe au moment où les élèves devaient réciter. Il est difficile d’écrire ce qu’ils ont tiré de là. Après un long silence, ceux qu’avait nommés le maître se mirent à parler. Toutes leurs forces intellectuelles étaient concentrées à ne pas écorcher les étranges noms, et les actions de chacun des personnages étaient pour eux secondaires.