Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/452

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le maître. — Non, vous parlez du chef-lieu, mais la province, c’est tout autre chose. Eh bien, que me direz-vous de la terre que vous habitez ?

Un élève, qui a déjà étudié la géographie. — La terre est ronde comme une boule.

En les questionnant sur l’endroit où habitait auparavant un Allemand qu’ils connaissent, en disant que si l’on marche toujours droit devant soi, on arrive au point d’où l’on est parti, les élèves furent amenés à répondre qu’ils vivaient en Russie. Cependant, à la question : « Si l’on marche toujours devant soi, où arrive-t-on ? » quelques élèves répondirent, les uns : « On n’arrive nulle part ; » les autres : « On arrive au bout du monde. »

Le maître, répétant la réponse de l’élève. — Tu dis qu’on arrivera dans un autre pays. Quand donc finira la Russie et commenceront les autres pays ?

L’élève. — Quand nous rencontrerons des Allemands.

Le maître. — Eh bien ! Si à Toula tu rencontres un Allemand que tu connais, diras-tu que c’est le pays des Allemands ?

L’élève. — Non, ce sera quand on ne rencontrera que des Allemands.

Le maître. — Mais, en Russie aussi, il y a des provinces où il n’y a que des Allemands. Par exem-