Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/457

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le maître. — Le czar. C’est pourquoi on demande de l’argent à tout le monde, parce qu’ils font leur service pour tous.

Le maître explique encore ce que c’est que le Trésor, et les force de répéter ce qui a été dit des frontières.

La leçon dure deux heures. Le maître est persuadé que les enfants ont beaucoup retenu et il continue de la sorte aux leçons suivantes. Et ce n’est que plus tard qu’il s’aperçoit que tous ces procédés n’étaient pas sûrs et que tout ce qu’il a fait n’a pas de sens.

Malgré moi, je suis tombé dans l’éternelle faute de la méthode socratique qui dans l’Anschauungsunterricht atteint le dernier degré de la monstruosité. Dans ces leçons, je ne donnais aux élèves aucune idée nouvelle tout en m’imaginant que je le faisais, et c’était par mon influence morale seule que je forçais les élèves à répondre comme je voulais. Russie, russe sont restés pour nous les mêmes indices inconscients de quelque chose de vague ; loi est resté le même mot incompréhensible. Il y a six mois que j’ai fait ces expériences, et les premiers temps j’en étais extrêmement content et fier. Ceux à qui je les communiquais les déclaraient parfaites et intéressantes, mais après un répit de trois semaines pendant lesquelles je ne pus m’occuper à l’école, je me rendis compte que tout ce que j’avais fait auparavant n’était que peine perdue et erreur