Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/473

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


matériaux nécessaires. En enseignant la géographie, dans le district Krapivensky, je me crois forcé de donner aux élèves des renseignements détaillés sur la flore, la faune et sur la constitution géologique du sol au pôle nord, des détails sur les habitants et le commerce du royaume de Bavière, parce que j’aurais les matériaux suffisants pour donner tous ces renseignements, tandis que, faute de matériaux, je ne pourrais presque rien dire des districts de Biélevsk et d’Efrémovsk. Les enfants et avec eux le bon sens exigent de moi une certaine harmonie, une certaine régularité dans l’enseignement. Il ne reste qu’une chose, apprendre par cœur, d’après la géographie d’Obodovsky, ou ne pas apprendre du tout. De même que pour enseigner l’histoire il faut éveiller l’intérêt historique, de même l’intérêt géographique doit entrer en jeu pour l’étude de la géographie. Et l’intérêt géographique, d’après mes observations et mon expérience, n’est provoqué que par la connaissance des sciences naturelles ou par les voyages et, principalement, dans quatre-vingt-dix-neuf cas sur cent, par les voyages. De même que la lecture des journaux, de la géographie et l’intérêt pris à la vie politique de la patrie sont nécessaires à l’étude de l’histoire, les voyages, dans la plupart des cas, sont le premier pas dans l’étude de la géographie. L’un et l’autre sont devenus, en notre temps, très accessibles à chacun et c’est pourquoi nous devons d’autant moins avoir peur de renoncer à la vieille