Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


flanquée de deux admirateurs, l’un jeune, l’autre vieux, qui la dévoraient des yeux ; néanmoins, il y avait en elle quelque chose qui marquait sa supériorité sur son entourage : ce je ne sais quoi qui différencie l’éclat du diamant de celui des pierres fausses. Cet éclat rayonnait dans ses yeux charmants et vraiment impénétrables. Le regard fatigué en même temps que passionné de ses yeux cerclés de bistre, frappait par son absolue franchise. Quiconque regardait ses yeux pouvait s’imaginer la connaître entièrement, et la connaître, c’était l’aimer.

Lorsqu’elle aperçut Anna, un joyeux sourire s’épanouit soudain sur son visage.

— Ah ! comme je suis heureuse de vous rencontrer, dit la jeune femme en s’approchant d’elle. Hier, aux courses, j’ai voulu vous joindre, mais vous étiez déjà partie. Je désirais tant vous voir, précisément hier. N’est-ce pas que c’était horrible ? poursuivit-elle en regardant Anna ; et l’éclat de ses yeux semblait découvrir toute son âme.

— Oui, je n’aurais jamais cru que ce spectacle pût être aussi émouvant, répondit Anna en rougissant.

À ce moment, toute la société se leva pour aller au jardin.

— Moi, je n’irai pas, dit Lisa en souriant ; et s’asseyant près d’Anna : Vous non plus, n’est-ce pas ? Quel plaisir peut-on trouver à jouer au croquet !