Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dit en l’interrompant Vronskï. Au nom de Dieu, laisse-moi achever, ajouta-t-il, la suppliant du regard de lui permettre d’expliquer ses paroles. Je suis heureux parce qu’il est impossible, comme il semble le supposer, de laisser les choses en l’état où elles sont.

— Pourquoi pas ? prononça Anna retenant avec peine ses larmes et semblant n’attacher plus aucune importance à ses paroles.

Elle sentait que son sort était décidé.

Vronskï voulait dire qu’après le duel, qui selon lui était maintenant inévitable, cette situation ne pourrait forcément se prolonger, néanmoins, il dit tout autre chose.

— Cela ne peut plus durer ainsi et j’espère bien que maintenant tu vas le quitter. Je pense… il s’embarrassa et rougit… que tu me laisseras désormais le soin d’arranger notre vie. Demain… poursuivit-il. Elle ne le laissa pas achever.

— Et mon fils ? s’écria-t-elle. Tu vois ce qu’il écrit ? Il me faudrait l’abandonner. Et cela je ne le peux ni ne le veux.

— Mais, au nom de Dieu, quel parti vaut-il mieux prendre ? Abandonner ton fils ou continuer cette existence humiliante.

— Humiliante ! Pour qui ?

— Pour tous et principalement pour toi.

— Tu la trouves humiliante ? Non, ne dis pas cela… Ces paroles n’ont pas de sens pour moi, dit-elle d’une voix tremblante.