Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXIV

La nuit que Lévine avait passée dans les champs ne lui fut pas sans profit. L’exploitation qu’il dirigeait cessait de lui plaire et même de l’intéresser. Malgré une splendide récolte, il n’avait jamais eu — c’était du moins son opinion — autant de déboires ni de discussions pénibles avec les paysans que cette année ; maintenant il comprenait parfaitement la cause de ces déboires et de cette hostilité.

Le plaisir qu’il prenait à travailler par lui-même, le rapprochement entre lui et les paysans qui en était la conséquence, le penchant qu’il éprouvait pour le sort et le genre de vie de ces gens, le désir ardent qu’il avait de se créer une semblable existence, désir devenu si impérieux que cette nuit même il avait cessé d’être un rêve pour se préciser nettement et se convertir en une résolution fermement arrêtée, tout cela avait tellement modifié son