Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tout se serait arrangé. Mais maintenant c’est impossible, impossible ! »

Sur l’entrefaite il reçut de Daria Alexandrovna un billet dans lequel elle lui demandait une selle de dame pour Kitty. « On m’a dit que vous aviez une selle, écrivait-elle ; j’espère que vous nous l’apporterez vous-même. » C’était vraiment trop fort. Comment une femme intelligente et délicate comme Dolly pouvait-elle vouloir humilier ainsi sa sœur ? Il écrivit une dizaine de billets, qu’il déchira les uns après les autres ; bref il se contenta d’envoyer la selle sans y joindre aucune réponse. Pouvait-il donc annoncer sa visite alors qu’il était résolu à n’y pas aller ? Devait-il alors alléguer quelque empêchement ou prétexter son départ ? Aucune de ces excuses ne lui parut acceptable ; aussi se résolut-il à envoyer la selle sans commentaires et ce faisant, il demeura convaincu d’avoir commis une impertinence. Le lendemain même, laissant toute l’exploitation entre les mains de son intendant, il partit pour le district lointain où habitait son ami Sviajski ; celui-ci en effet lui avait écrit récemment pour lui rappeler la promesse qu’il lui avait faite de venir passer quelques jours dans son domaine, où il y avait de très belles mares à bécassines. Ces mares du district de Sourovskï tentaient Lévine depuis longtemps, mais, retenu par ses travaux agricoles, il ajournait toujours ce voyage. Dans les circonstances actuelles il saisis-