Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Les époux ne peuvent plus vivre ensemble, voilà un fait, et si tous les deux sont d’accord pour divorcer, en ces conditions, les détails et les formalités n’ont qu’une médiocre importance, et c’est au moyen qui présente à la fois les plus hautes garanties de sécurité et de simplicité qu’il convient de donner la préférence.

Cette fois Alexis Alexandrovitch avait parfaitement compris, mais ses sentiments religieux lui interdisaient d’avoir recours à cette mesure.

— Dans le cas présent, il ne saurait être question de cela, dit-il. Une seule chose est possible : le flagrant délit prouvé indirectement par les lettres que je possède.

À ces mots l’avocat pinça les lèvres et fit entendre un léger sifflement de dépit.

— Voyez-vous, commença-t-il, les affaires de ce genre sont, comme vous le savez, du ressort de l’administration des synodes, et les Pères qui les examinent sont fort amateurs de détails abondants, — et il accompagna ces paroles d’un sourire qui montrait sa sympathie pour le goût des Pères. — Les lettres, sans doute, peuvent confirmer les preuves, mais les preuves doivent être obtenues directement, par des témoins. Et, d’ailleurs, si vous me faites l’honneur de m’accorder votre confiance, il vaut mieux que vous me laissiez le choix des moyens à employer. Qui veut la fin veut les moyens.