Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/357

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tion à laquelle je l’avais astreinte, à savoir de respecter les convenances, dit-il en s’échauffant. On peut sauver l’homme qui ne veut pas périr, mais si sa nature est corrompue et dépravée au point que sa perte même lui paraît être le salut, que peut-on faire ?

— Tout, sauf divorcer, répondit Daria Alexandrovna.

— Mais, qu’appelez-vous tout ?

— Elle ne serait plus la femme de personne, elle serait perdue. Non, c’est horrible !

— Que puis-je faire ? dit-il en soulevant les épaules et les sourcils.

Le souvenir du dernier acte de sa femme l’irritait tellement qu’il redevint froid comme au début de leur conversation :

— Je vous remercie beaucoup de la sympathie que vous me témoignez, mais il est temps que je m’en aille, dit-il en se levant.

— Non, attendez. Vous ne devez pas la perdre. Attendez, je veux vous parler de moi… Je me suis mariée, et mon mari m’a trompée. Sous l’empire de la colère, de la jalousie, j’ai voulu, moi aussi… mais je me suis ressaisie et grâce à qui ?… grâce à Anna qui m’a sauvée. Et voilà, je vis, les enfants grandissent, le mari est revenu à la maison, il a compris son tort, s’est amendé, et je vis… j’ai pardonné. Et vous aussi, vous devez pardonner !

Alexis Alexandrovitch écoutait, mais ces paroles