Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/427

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Je ne désire rien, rien, sinon la fin de tout cela.

— Mais il le voit, et il le sait. Penses-tu qu’il souffre moins que toi ? Si tu te tourmentes, lui aussi se tourmente, et que peut-il advenir de tout cela ? Le divorce, au contraire, arrangerait tout, dit non sans effort Stépan Arkadiévitch, exprimant enfin sa pensée principale. Et il la regarda avec importance.

Elle ne répondit rien et hocha négativement sa tête aux cheveux courts. Mais soudain, son visage s’illumina d’un éclair de beauté et il comprit que si elle n’exprimait pas son désir, c’était parce que sa réalisation lui semblait un bonheur impossible.

— Je vous plains beaucoup, beaucoup ! Et comme je serais heureux si j’arrangeais cela ! dit Stépan Arkadiéviteh, souriant déjà plus hardiment. Ne dis rien, ne dis rien ! Que Dieu me permette seulement d’exprimer ce que je sens ! Je veux aller le trouver.

Anna le regarda de ses yeux pensifs et brillants et resta silencieuse.