Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On ôta les robes neuves ; les fillettes les remplacèrent par leurs blouses, les garçons par de vieilles vestes et l’on fit préparer le break pour aller cueillir des champignons et se baigner ; ce fut encore Bourï que l’on attela malgré le mécontentement de l’intendant. À cette nouvelle, des cris de joie emplirent la chambre des enfants et ils ne se calmèrent qu’au moment du départ pour la rivière.

On ramassa un plein panier de champignons et la petite Lili elle-même en trouva un, un grand champignon blanc. Autrefois il fallait que miss Hull les lui cherchât, mais ce jour-là elle l’avait découvert toute seule et ce fut un enthousiasme général : « Lili a trouvé un champignon ! »

La cueillette terminée, on se dirigea vers la rivière. Le cheval fut attaché à un bouleau et l’on entra dans la cabine. Le cocher Terenti ayant attaché à l’arbre le cheval qui, avec sa queue, chassait les mouches, se coucha à l’ombre des bouleaux et fuma sa pipe ; de l’intérieur de la cabine arrivaient jusqu’à lui les cris perçants des enfants.

Malgré la peine qu’il fallait prendre pour soigner tous les enfants et calmer leurs ébats, malgré toute l’attention nécessaire pour ne pas emmêler tous ces bas, ces pantalons, ces petits souliers et pour délier et rattacher les rubans et les boutons, Daria Alexandrovna qui, personnellement, aimait beaucoup à se baigner et considérait que ce soin était très utile pour la santé des enfants, n’éprou-